Le Contrôle D’Une Attache Remorque

Pour la sécurité des personnes et des biens, le transport doit respecter les dispositifs sécuritaires les plus fiables et qui respectent les normes établies. Ainsi, la meilleure manière de garantir cette sécurité c’est le contrôle de tout type d’installation fixée sur l’automobile. Certains dispositifs sont condamnés sur le véhicule alors que d’autres sont démontables. Parmi les dispositifs qui sont démontables, il faut noter que certains sont plus exposés aux risques de détachement comme l’attache remorque. Par conséquent, ils doivent être régulièrement contrôlés afin de ne pas porter atteinte aux marchandises transportées. Le mécanisme de contrôle obéit à deux formalités qui sont indispensables. La première concerne le temps nécessaire ou obligatoire qui doit exister entre un contrôle et un autre. La seconde formalité intéresse les méthodes et les techniques appliquées pour effectuer ce contrôle.

En évoquant la durée qui existe entre un contrôle et un autre, il faut certainement savoir que cela ne se passe pas du tout à des fréquences irrégulières. Le propriétaire de la voiture de transport ou de tourisme qui roule constamment avec une attache remorque est tenu d’avoir un agenda qui mentionne les intervalles qui existent entre les contrôles effectués. La durée entre ces intervalles varie selon une marque d’automobile à une autre. Cette durée peut aussi être influencée par l’état du véhicule. En effet, une voiture qui est toute neuve et qui est équipée des cordons tout aussi neufs ne se retrouvera certainement pas au garage en tout instant. L’intervalle du contrôle pourra être plus espacé. Par contre celui dont le véhicule est usé en même temps que cette chaîne qui sert de lien à relier l’automobile et son fourgon, doit être toujours au garage, le contrôle qu’il exercera sera continu et certainement sans arrêt. Dans la majorité des cas, ce type de contrôle se fait après chaque voyage. Sans tenir compte de l’état du véhicule, la loi réglemente le contrôle de l’attache remorque en respectant six étapes. Premièrement, il faut que ce contrôle soit effectué avant la mise en circulation. Il est tout à fait logique et d’ailleurs très facile de comprendre cette obligation. Aucun dispositif ne doit être mis en marche sans que le contrôle régulier puisse être fait. Le mécanicien doit approuver l’efficacité de l’installation par un examen minutieux de l’ensemble des vis et des autres liens raccordant la voiture à sa roulotte. Le plus souvent, ce premier contrôle se fait avec une phase d’essai. Sans aucun doute, le contrôle d’une première installation qui se fait sans aucun moyen de test ne constitue pas une garantie pour l’utilisateur. Deuxièmement, la loi exige aussi un contrôle de ce cordon lorsque le véhicule aurait marqué un temps d’arrêt. Surtout lorsque ce temps dure quelques mois. Ainsi, le contrôle sera qualifié d’une remise en circulation. Troisièmement, le contrôle qui s’effectuera sera qualifié de vérification préalable, car, c’est avant l’installation des équipements que le mécanicien doit se prononcer sur la qualité de la jointe choisi par le propriétaire du camion. Dès lors que cette qualité est déclarée mauvaise, il faut savoir que la loi interdirait automatiquement la circulation avec un tel dispositif. Quatrièmement, après une durée de quatre ans, tout attache remorque doit subir un contrôle. Ceci, même si elle fonctionne sans la présentation d’aucun risque. Cinquièmement, un contrôle annuel est imposé par la loi après l’écoulement de quatre années de fonctionnement. En sixième étape, la loi exige un contrôle à chaque fois qu’un besoin se fait ressentir en cas de panne.

Une attache remorque doit être fixée selon la technique de rotation et de translation. C’est grâce à cette méthode que le fourgon suivra la tête de l’automobile.

Tags:


You can follow any responses to this entry through You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

AddThis Social Bookmark Button

Leave a Reply