Pourquoi Le Taxi À Québec N’a Pas La Même Couleur ?

Non classé

Comme le nez au milieu de la figure, les arbres dans la forêt ou les dunes de sable dans le désert, la première des choses qu’on remarque lorsque l’on se rend dans le centre-ville de cette magnifique ville des États-Unis d’Amérique qu’est New York, c’est ces petites voitures, toutes de couleur jaune qui vont, viennent, klaxonnent et qui s’arrêtent pour déposer ou pour transporter les clients qui les appellent et dans lesquelles on peut s’offrir le luxe de faire un petit somme en écoutant la radio ou de la bonne musique. Ces « YELLOW cabs », comme on les appelle en plus de leur confort intérieur, constituent en effet l’un des éléments qui caractérisent cette ville mythique et qui contribue à accroître sa notoriété. Il faut noter que cette couleur vive qu’arborent ces voitures qui assurent le transport urbain dans cette ville est par ailleurs une exigence de la réglementation en vigueur. Cela permet aussi d’établir une nette différence entre ces véhicules et les autres voitures de même modèles, mais qui sont affectées à un autre usage, par exemple un usage personnel.

Pourquoi le taxi à Québec n’a pas la même couleur que ceux de New York ? À première vue la question pourrait sembler naïve et un peu bête, puisque cette absence d’uniformité de couleur n’est pas un élément spécifique de cette ville. Que l’on soit à Montréal, à Pointes aux trembles ou à Laval c’est le même spectacle. Les voitures qui assurent le transport urbain arborent chacune la couleur de son choix. Bien entendu, il est normal qu’un chauffeur ou un propriétaire de véhicule choisisse de revêtir sa voiture avec telle ou telle couleur. Ne dit-on pas d’ailleurs que les goûts et les couleurs sont relatifs ? Néanmoins, une harmonisation dans la couleur des automobiles qui assurent le transport urbain dans cette région pourrait constituer un sacré avantage pour elle. Une couleur unique pas trop utilisée comme le bleu clair ou le gris fera bien l’affaire, ou alors un revêtement à deux tons (une carrosserie par exemple noire et un capot couleur amande) comme à Bruxelles. Cela rehausserait à coup sûr la valeur du Québec comme c’est le cas dans la ville de New York devenue aussi célèbre uniquement pour ses innombrables buildings, mais aussi, et surtout grâce à ces « YELLOW cabs » qui constituent l’un de ses principaux attraits.

Quelle est la couleur du taxi à Québec? Pourrait-on désormais entendre sur ces plateaux d’émissions télévisées consacrées à la culture générale ? Certains pensent que ce serait un peu porter atteinte aux libertés individuelles de ces conducteurs et propriétaires de taxi à Québec que de les limiter dans le choix des couleurs de leurs véhicules. Mais ils oublient qu’opter pour une telle uniformisation, en plus de cet aspect identitaire et esthétique que cela apporte, ce serait aussi une grande contribution pour l’ordre public et pour la sécurité des personnes. Ceci faciliterait leur identification d’abord par les piétons, ensuite par les agents de police et enfin par les secouristes en cas d’accidents .

Imaginez par exemple l’hypothèse d’un carambolage, plusieurs voitures sont entrées en collision et dans celle-ci se trouve plusieurs passagers. Il va de soi que son identification sera plus facile si elle possède une couleur spécifique qui la caractérise et qui la différencie des autres. Le taxi à Québec peut donc avoir n’importe quelle couleur, puisque la communauté urbaine et l’administration préfectorale qui sont en charge de la réglementation n’imposent pas pour tel ou tels autres types de couleur. Les contrôles de routine sur les véhicules, même s’ils sont faits ne portent pas sur la couleur de ces véhicules, mais plutôt sur leurs papiers, sur leur mode de sécurité à l’instar des ceintures de sécurité et des visites techniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *